Paroisse Notre-Dame
de la Clarté Dieu

 

Témoin de la Lumière du Christ

 

Le Dimanche de la Santé est un rendez-vous dans l’espérance et la lumière du Christ, pour célébrer la santé et tisser des liens entre ceux qu’on appelle les « bien-portants », professionnels et bénévoles, et ceux dont l’existence est fragile. Il aura lieu le 9 février 2020 sur le thème « Ta nuit sera lumière ».

 

La mission est la nature même de l’Église et, selon le terreau, elle est différente. Dans le domaine de la santé, la mission évolue dans un monde très complexe.

 

Témoin de l’Évangile, c’est être témoin de la lumière du Christ.  La Bonne Nouvelle donne la Lumière du Christ,  toujours Nouvelle, car elle s’entend encore aujourd’hui ! Et elle s’adresse à chacun d’entre nous, croyants ou non croyants.

 

Mais face à la maladie, à la mort, au handicap, à la vieillesse, cette Lumière peut être exorbitante ! La foi peut, alors être ébranlée. La nuit de ceux qui souffrent  est mise à l’épreuve du terrain.

 

Être témoin de cette Lumière, ne peut s’effectuer qu’au nom du Christ, qui a lui-même parlé au nom du Père. Dans le monde la santé, où l’on vit l’absurdité de la maladie, la violence de la mort, l’Église est rendue présente par une attitude d’humilité mais également avec une attitude audacieuse.

 

Près des personnes fragilisées par la maladie, l’âge, il ne s’agit pas de venir dire de bonnes paroles. Il ne s’agit pas de consoler ou de conseiller. Il s’agit de bien plus que cela ! Notre baptême fait de chacun de nous un témoin de la Lumière qui fait vivre dans la personne de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Au cours de la visite, il faut que la personne visitée perçoive qu’elle est aimée de Dieu, qu’elle s’éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi. C’est cela être témoin de la lumière du Christ. Mais, le visiteur ne peut le faire qu’en offrant une amitié réelle, désintéressée, sans condescendance, faite de confiance et d’estime profonde .

 

L’envoi avec l’Esprit Saint, nous rend audacieux : c’est le cœur de la spiritualité de la mission.  Notre présence au nom du Christ à travers nous donne une autorité, un rayonnement lumineux qui viennent d’un Autre.

 

La pastorale santé, nous envoie sur un terreau où sont présents les plus fragiles, et elle nous demande de prendre conscience que l’envoi au nom du Christ exige de prendre une attitude d’humilité, de sympathie et de compassion. Reconnaître la lumière du Christ c’est reconnaître la miséricorde de Dieu pour chacun.

 

Les attitudes d’humilité, de sympathie, de compassion, sentiments du Christ, permettent de poser des gestes et des paroles ajustés.  Et alors, avec la grâce de notre baptême, l’Amour du père, amour inconditionnel proposé à chacun, se révèle lors de nos visites. C’est cela être témoin de la Lumière du Christ : faire vivre l’amour de Dieu.

 

Le Dimanche de la Santé se vit, en général, en paroisse. L’Église est présente sur le terrain de l’accompagnement au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles, et le service évangélique des malades qui œuvre dans la discrétion, dans la simplicité, au domicile du malade ou de la personne âgée. Une des dimensions du Dimanche de la Santé est d’encourager toutes ces personnes qui s’engagent avec fidélité près des plus fragiles. Lors de la célébration dominicale, des propositions de réflexion sur leur engagement, des encouragements à poursuivre leur formation, un approfondissement sur le sens à donner à ce service et à la mission devront être proposés.

 

Toutes les initiatives sont possibles : témoignages du SEM, des aumôneries hospitalières; témoignages des professionnels de santé … Lors de la célébration dominicale, le Service Évangélique des Malades (SEM) peut rappeler que beaucoup de personnes en souffrance ne peuvent plus se déplacer pour assister à la messe et inciter des chrétiens à rejoindre les équipes du SEM  qui vont porter le Saint sacrement aux malades, aux personnes âgées dans une custode.

 

Le Dimanche de la Santé doit sensibiliser aux réalités de la santé au sens large. Cette prise de conscience de la réalité du terrain de la santé doit être paroissiale; l’hôpital est très souvent le premier employeur dans une ville ! Prendre soin des personnes en mort ecclésiale au domicile ! Prendre soin des aidants ! Ecouter les soignants hospitaliers et les soignants au domicile !

 

Les bénévoles du SEM œuvrent à établir des liens, des relations avec les personnes dans une grande solitude au domicile. Porter la communion est un acte  qui ne peut se faire que si des liens sont créés !