SemblancayPaysage

Notre-Dame de la Clarté Dieu

 

 

Novembre 2019 – LES SAINTS DU MOIS :

CINQ NOUVEAUX SAINTS POUR L’ÉGLISE :
« Invoquons avec confiance, chaque jour, le nom de Jésus »

 

Le pape François a présidé la messe de canonisation de cinq nouveaux saints, le dimanche 13 octobre dernier, place Saint-Pierre ; il s’agit de :

1.     Le cardinal John Henry Newman (1801-1890, Grande-Bretagne); 

2.     Giuseppina Vannini (1859-1911, Italie) ;

3.      Mariam Thresa Chiramel Mankidiyan (1876-1926, Inde) ;

4.     Sœur Dulce Lopes Pontes(1914-1992, Brésil);

5.      Marguerite Bays (1815-1879, Suisse) ;

En commentant l’Évangile du jour, le pape a balisé le chemin de la foi à partir de trois actions du chrétien : « Invoquer, marcher, remercier. » Il a expliqué que dire : “Merci Seigneur” au réveil, pendant la journée, avant de se coucher, c’est l’antidote au vieillissement du cœur. De même en famille, entre les époux : se rappeler de dire merci. Merci est le mot le plus simple et le plus bénéfique. Voilà le chemin de la foi parcouru par le lépreux guéri par Jésus : « Ta foi t’a sauvé » (Lc 17, 19). C’est le point d’arrivée de l’Evangile de ce jour qui nous montre le chemin de la foi.

Dans ce parcours de foi nous voyons trois étapes, indiquées par les lépreux qui ont été guéris et qui invoquentmarchent et remercient. » Le pape a invité à sortir de la solitude en invoquant « le Seigneur qui écoute le cri de celui qui est seul ». Il a invité à imiter les lépreux en ces termes : « Nous avons tous besoin de guérison. Nous avons besoin d’être guéris du manque de confiance en nous-mêmes, en la vie, en l’avenir ; guéris de tant de peurs ; des vices dont nous sommes les esclaves ; de tant de fermetures, dépendances et attachements aux jeux, à l’argent, à la télévision, au téléphone portable, au jugement des autres. » Le Seigneur libère et guérit le cœur, si nous l’invoquons, si nous lui disons : “Seigneur, je crois que tu peux me guérir ; guéris-moi de mes fermetures, libère-moi du mal et de la peur, Jésus”, a insisté le pape : « La prière est la porte de la foi, la prière est la médecine du cœur ». « Invoquons avec confiance, chaque jour, le nom de Jésus ». Les lépreux sont guéris alors qu’ils sont en marche, et en marche « ensemble » : « La foi progresse quand nous allons de l’avant, forts de la confiance en Dieu ». Mais la solidarité dans cette marche de la foi est très importante : « C’est notre devoir de prendre soin de celui qui a cessé de marcher, de celui qui perdu la route : nous sommes les gardiens des frères qui sont loin. Nous sommes des intercesseurs en leur faveur, nous sommes responsables à leur égard, c’est-à-dire appelés à répondre d’eux, à nous soucier d’eux. Tu veux grandir dans la foi ? « Prends soin d’un frère qui est loin, d’une sœur qui est loin. »

La pointe de ce récit, c’est le salut en Jésus Christ : « Jésus dit : « Ta foi t’a sauvé » uniquement à celui qui le remercie. Il n’est pas seulement guéri, il est aussi sauvé. Cela nous dit que le point d’arrivée, ce n’est pas la santé, ce n’est pas le fait d’être bien, mais c’est la rencontre avec Jésus. » Quand on rencontre Jésus, le « merci » nait spontanément, car on découvre la chose la plus importante de la vie : non pas recevoir une grâce ou résoudre un problème, mais embrasser le Seigneur dans la vie : « C’est la chose la plus importante », a conclu le pape.