Notre-Dame et l'Enfant Jésus

Paroisse Notre-Dame
de la Clarté Dieu

Beaumont-la-Ronce, Bueil en Touraine, Cerelles, Charentilly, Chemillé/Dême,
Épeigné/Dême, Louestault, Marray, Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy le Roi,
Rouziers de Touraine, St Antoine du Rocher, St Aubin-le-Dépeint, St Christophe/le Nais,
St Paterne Racan, Semblançay, Sonzay, Villebourg

 

SIMPLEMENT FRANÇOIS :

« Administrateur responsable »

L’anthropocentrisme moderne, paradoxalement, a fini par mettre la raison technique au-dessus de la réalité, parce que l’être humain « n’a plus le sentiment ni que la nature soit une norme valable, ni qu’elle lui offre un refuge vivant. Il la voit sans suppositions préalables, objectivement, sous la forme d’un espace et d’une matière pour une œuvre où l’on jette tout, peu importe ce qui en résultera ». De cette manière, la valeur que possède le monde en lui-même s’affaiblit. Mais si l’être humain ne redécouvre pas sa véritable place, il ne se comprend pas bien lui-même et finit par contredire sa propre réalité : « Non seulement la terre a été donnée par Dieu à l’homme, qui doit en faire usage dans le respect de l’intention primitive, bonne, dans laquelle elle a été donnée, mais l’homme, lui aussi, est donné par Dieu à lui-même et il doit donc respecter la structure naturelle et morale dont il a été doté ».

Dans la modernité, il y a eu une grande démesure anthropocentrique qui, sous d’autres formes, continue aujourd’hui à nuire à toute référence commune et à toute tentative pour renforcer les liens sociaux. C’est pourquoi le moment est venu de prêter de nouveau attention à la réalité avec les limites qu’elle impose, et qui offrent à leur tour la possibilité d’un développement humain et social plus sain et plus fécond. Une présentation inadéquate de l’anthropologie chrétienne a pu conduire à soutenir une conception erronée de la relation entre l’être humain et le monde. Un rêve prométhéen de domination sur le monde s’est souvent transmis, qui a donné l’impression que la sauvegarde de la nature est pour les faibles. La façon correcte d’interpréter le concept d’être humain comme "seigneur" de l’univers est plutôt celle de le considérer comme administrateur responsable.

Pape François, Encyclique Laudato si’, n°115-116

 

Pour voir les dernières mises à jour du site paroissial, cliquez ici