Notre-Dame et l'Enfant Jésus

Paroisse Notre-Dame
de la Clarté Dieu

Beaumont-la-Ronce, Bueil en Touraine, Cerelles, Charentilly, Chemillé/Dême, Épeigné/Dême, Louestault, Marray, Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy le Roi,
Rouziers de Touraine, St Antoine du Rocher, St Aubin-le-Dépeint, St Christophe/le Nais,
St Paterne Racan, Semblançay, Sonzay, Villebourg

 

SIMPLEMENT FRANÇOIS :

« La paix du "quirofano" n’existe pas »

 Les événements douloureux qui ont marqué́ le chemin de l’humanité́ au cours de l’année écoulée, en particulier la pandémie, nous apprennent combien il est nécessaire de s’intéresser aux problèmes des autres et de partager leurs préoccupations. Cette attitude représente le chemin qui conduit à la paix, parce qu’elle favorise la construction d’une société́ fondée sur des relations de fraternité́. Chacun de nous, hommes et femmes de ce temps, est appelé́ à réaliser la paix : chacun de nous, ne soyons pas indifférents à cela. Nous sommes tous appelés à réaliser la paix et à la réaliser chaque jour et dans tous les milieux de vie, en tendant la main à notre frère qui a besoin d’une parole de réconfort, d’un geste de tendresse, d’une aide solidaire. Et pour nous, c’est une tâche donnée par Dieu. Le Seigneur nous donne la tâche d’être des artisans de paix.

Et la paix ne peut être construite que si nous commençons par être en paix avec nous-mêmes - en paix à l’intérieur, dans le cœur - et avec ceux qui nous sont proches, en ôtant les obstacles qui nous empêchent de prendre soin de ceux qui sont dans le besoin et dans l’indigence. Il s’agit de développer une mentalité́ et une culture du « prendre soin », afin de vaincre l’indifférence, de vaincre le rejet et la rivalité́ - indifférence, rejet, rivalité́ - qui malheureusement prévalent. Supprimer ces attitudes. Et ainsi la paix n’est pas seulement l’absence de guerre. La paix n’est jamais aseptique, non, la paix du quirofano [en espagnol : « salle d’opération »] n’existe pas. La paix est dans la vie : ce n’est pas seulement l’absence de guerre, mais c’est une vie pleine de sens, organisée et vécue dans la réalisation personnelle et dans le partage fraternel avec les autres. Alors, cette paix tant attendue et toujours mise en danger par la violence, l’égoïsme et la méchanceté́, devient possible et réalisable si je la considère comme une tâche qui m’est confiée par Dieu.

Que la Vierge Marie, qui a donné́ naissance au « Prince de la Paix » (Is9,6) et qui le câline ainsi, avec tant de tendresse, dans ses bras, nous obtienne du Ciel le bien précieux de la paix, que l’on n’arrive pas à̀ obtenir pleinement grâce aux seules forces humaines. Les forces humaines seules ne suffisent pas, parce que la paix est avant tout un don, un don de Dieu ; elle doit être implorée par une prière incessante, soutenue par un dialogue patient et respectueux, construite par une collaboration ouverte à la vérité́ et à la justice et toujours attentive aux aspirations légitimes des personnes et des peuples. Mon vœu, c’est que la paix règne dans le cœur des hommes et dans les familles ; sur les lieux de travail et de loisir ; dans les communautés et dans les pays. Dans les familles, au travail, dans les pays : paix. Il est temps que nous réalisions que la vie d’aujourd’hui est déterminée par les guerres, par les inimitiés, par tant de choses qui détruisent... Nous voulons la paix. Et c’est un don.

Au seuil de ce commencement, j’adresse à tous mes vœux cordiaux pour un 2021 heureux et serein. Que chacun de nous essaie de faire que ce soit une année de solidarité́ fraternelle et de paix pour tous ; une année pleine d’attente confiante et d’espérances, que nous confions à la protection de Marie, mère de Dieu et notre mère.

(Angélus du vendredi 1er janvier 2021, Palais apostolique)

 

Pour voir les dernières mises à jour du site paroissial, cliquez ici